Ultraman : un anime respectable pour un héro respectable !

Bonjour à tous,

Le premier article du jardin était un article sur le thème d’Ultraman dans lequel je vous faisais part de mes gros doutes concernant l’animé suite à la vue de l’utilisation de la 3D, il serait temps pour moi de vous faire part de mon avis sur l’anime.

Sortie mondialement au début du mois sur Netflix, l’animé Ultraman a été réalisé par les studios Production I.G et le studio Sola Digital Art.

L’animé au Japon n’est pas passé inaperçu !


Pour rappel l’histoire d’Ultraman raconte l’histoire un humain qui est devenu l’hôte d’une entité éthérique venue de l’espace surnommée « géant de lumière » ayant sauvé la Terre d’un danger imminent, le géant de lumière repart là d’où il vient. L’anime raconte donc la suite des aventures de l’hôte humain ou plutôt de son fils qui découvre qu’il a des gènes d’Ultraman, voyant son potentiel, on décide de lui faire porter à son tour l’armure. C’est alors que début peu à peu notre Shinjirô Hayata sur la voie qui devrait le mener à devenir un héros.

Sans aucune surprise la série s’adresse aux fans de Tokusatsu, on le comprend dès les premières minutes du premier épisode, lors d’une scène donnant la très forte impression qu’on regarde le premier Ultraman.

© Ultraman, Production I.G X Sola Digital Art, Netflix

La 3D n’était pas mauvaise du tout au contraire, elle était plutôt bien, c’était totalement inattendu de ma part. Elle donne un côté réaliste et permet aux combats d’être beaucoup plus impressionnants. La touche de Science-Fiction marche très bien avec la 3D. Une animation vraiment satisfaisante. Le feu et la fumée étaient particulièrement bien représentés. Tout semble être mis en place pour donner le plus de réalisme possible, même les dialogues sont vraiment plus réalistes que dans la plupart des autres animés.

Les musiques convenaient en tout point parfaitement avec les scènes en rajoutant parfois un vrai plus au spectateur. Il y a également des bruitages bidons qui vont de pair avec l’animation qui part dans tous les sens pour ridiculiser certains méchants.

© Ultraman, Production I.G X Sola Digital Art, Netflix

Shinjiro a un prénom simple, lors de mon visionnage, je me suis rendu compte que son prénom signifiait Shin= Nouveau et Jiro qu’on peut rapprocher en japonais de Hiro= Hero.
Il me semble que l’anime va jusqu’au tome 8 soit l’un des arcs les plus importants du manga pour l’instant.

Ultraman reste agréable à regarder même si on n’est pas fan de tokusatsu, mais je pense que le manga se basant sur la suite de la série ultraman, les mangakas se sont dit qu’un jour, leur manga être adapté en série. Ayant l’habitude des animés, on est habitué aux combats spectaculaires là où l’anime Ultraman se limite à des combats réalistes selon les codes de la SF et l’animé pourrait passer aux yeux de certains comme étant un cousin du dessin animé Iron Man.

Rayon Spacium : le retour d’un Ultraman déchaîné

Alors qu’une nouvelle année commence, c’est pour nous l’occasion de prendre un nouveau départ .

Anciennement « L’espoir du crépuscule », nous avons décidé de créer un nouveau site, de choisir un nouveau nom et de fermer l’ancien site. En réalisant ce petit hors-sujet, on se permet de vous souhaiter la bienvenue sur « Le jardin du crépuscule ».

Le changement de nom pour nous est une étape très importante, j’ai été démotivé lorsque je réalisais des articles sur « L’espoir du crépuscule » car j’étais bien trop loin des objectifs que je m’étais fixés. J’ai choisi de garder crépuscule afin de ne pas oublier cette perte de motivation, pour ce qui est du Jardin, je trouve que ça donne un aspect poétique. On imagine facilement un jardin coupé de tout presque impénétrable, une bulle où rien n’a d’importance.

Passons sans plus attendre au vif du sujet Ultraman !

© 2011 /Shogakukan , Eiichi Shimizu x Tomohiro Shimoguchi

Mangaka : Eiichi Shimizu (scénario) et Tomohiro Shimoguchi (dessin)
Éditeurs japonais: Shogakukan
Nombres de tomes: 11 ( En France)
Éditeurs en France: Kurokawa

Si vous vous intéressez un minimum au Japon et à sa culture, le nom d’Ultraman ne devrait pas vous être inconnu . En effet crée par Eiji Tsuburaya en 1966, Ultraman est d’abord une série télévisée dans le genre Tokusatsu, un genre de séries, de films réalisés avec des effets spéciaux comme on a pu le voir énormément de fois dans les Powers Rangers, les passages où les méchants deviennent géant dans une ville et se battent avec leur Megazord. Notez aussi qu’Eiji Tsuburaya est membre de l’équipe qui a réalisé Godzilla. Comme vous vous en doutez bien la série Ultraman est un franc succès et d’autres séries suivent ainsi qu’une quantité énorme de produits dérivés.

Le retour d’Ultraman

Et le manga dans tout ça ?

J’y viens justement, il faut savoir que le manga se passe une vingtaine d’année après la fin d’Ultraman Q , la première série sur Ultraman. Ultraman, un humain qui est devenu l’hôte d’une entité éthérique venue de l’espace surnommée « géant de lumière » ayant sauvé la Terre d’un danger imminent, le géant de lumière repart là d’où il vient. Le manga raconte donc la suite des aventures de l’hôte humain ou plutôt de son fils qui découvre qu’il a des gènes d’Ultraman, voyant son potentiel, on décide de lui faire porter à son tour l’armure. C’est alors que début peu à peu notre Shinjirô Hayata sur la voie qui devrait le mener à devenir un héros.

Je n’ai jamais vu la série Ultraman, l’histoire s’est installée petit à petit et c’est vraiment à partir du septième tome que j’ai ressenti vraiment une véritable envie de savoir ce qui allait se passer ensuite. Et c’est comme ça que l’impatience de lire le prochain tome s’est installée de mon côté. Ce que j’apprécie particulièrement dans Ultraman, c’est que comparé à n’importe quel univers de super-héros, la menace apparaît tout le temps à une période similaire à l’apparition du héros, mais ici la menace est là bien avant les extra-terrestres n’ont jamais quitté notre Planète. Le duo dessinateur et scénariste est vraiment attachant, ils sont tous les deux passionnés par Ultraman. la fin des tomes on retrouve des détails assez intéressants, des dossiers, les évènements marquants parmi l’actualité récente des mangakas…

Les dossiers baptisés « Ultra Qlub » sont impressionnants, ils sont vraiment détaillés, il y a même la liste de la série Ultraman Q avec l’audience pour chaque épisode ! Grâce à ces dossiers nous pouvons nous plonger sans crainte dans l’univers d’Ultraman. Cela est assez sympathique, car ça nous permet à la fois de rentrer plus profondément dans le monde d’Ultraman, mais également de comprendre certaines références qui auraient été seulement accessibles qu’aux fans de la série (Le manga se passe juste après la fin de la série Ultraman Q et ne tient donc pas compte des trente autres séries).

Le manga est édité par Kurokawa en France, nous sommes actuellement au tome 11 à noter également qu’un animé est prévu le 1er Avril de cette année, l’animé est une co-production par les studios Production I.G et le studio Sola Digital Arts. L’opening s’intitulera « Sight Over The Battle » et sera interprété par le groupe OLDCODEX. Le trailer de l’animé est ci-dessous :

Bien que les animés tout en 3D ne m’enchante vraiment, je vais quand même franchir le pas et regarder l’adaptation du manga en anime ! Je pense que la 3D est là pour appuyer le côté effet spéciaux, reste à savoir si l’anime saura répondre aux attentes des fans et parviendra à attirer de nouveaux spectateurs malgré la 3D qui a encore du mal à se laisser accepter par de nombreuses personnes, moi le premier, mais j’espère vraiment qu’Ultraman saura nous faire changer d’avis à coup de Rayon Spacium .

source: Anime News Network

Naust