My Home Hero [Tome 3]: à vouloir jouer avec le feu…

Aujourd’hui c’est la sortie du tome 3 de notre Thriller favori et pour marquer le coup, on a tenue à vous parler tout comme on vous a parlé des deux premiers volumes. Attention : Si vous n’avez pas lu le tome 2 sachez que l’on sera obligé de restituer les évènements en dévoilant des éléments importants de l’intrigue du tome 2. Si vous voulez découvrir ce manga, je vous conseille de lire plutôt mon article sur le premier tome ! (ici)

Mangaka : Masashi Asaki (dessinateur) X Naoki Yamanaka (scénariste)
Genre : Seinen
Éditeurs japonais: Kodansha
Nombres de tomes: 7 ( au Japon), 3 (en France)
Éditeurs en France: Kurokawa

©Masashi Asaki x Naoki Yamanaka, Kodansha, Kurokawa

Tetsuo TOSU, commercial chez un fabricant de jouet, aimant sa famille plus que tout, découvre un jour que le copain de sa fille est un yakuza. Il décide de prendre son courage à deux mains et il le tue pour protéger sa fille. Passionné de lectures et d’écritures, il utilise son imagination débordante pour se débarrasser du corps, seulement les yakuzas sont à la recherche de leur confrère disparu. Alors que Kyôichi,un yakuza semble avoir une intuition qui le pousse à être à deux doigts de la vérité, Tetsuo lui propose de l’aider à trouver son ami disparu. De fil en aiguille, voilà Tetsuo obligé de faire un sale boulot pour un Yakuza…Comment compte-t-il s’en sortir cette fois ?

Alors que Tetsuo semblait s’inquiéter concernant sur la conséquence de son meurtre, la réalité le rattrape peu à peu. Contraint de collaborer avec les yakuzas, notre personnage principal après avoir fait un pas en avant semble avoir fait deux pas en arrière. Il est beaucoup plus en difficulté, c’est très dur de l’imaginer, mais Tetsuo se retrouve une nouvelle fois au pied du mur afin de faire face à cet obstacle, une nouvelle prise de risque s’impose.

Lentement, on commence à saisir le problème auquel Tetsuo est confronté, petit à petit il commence lui aussi à prendre conscience que toutes ces mauvaises actions commencent à former un cycle sans fin. Afin de cacher ses actions, il doit toujours en faire plus, tout comme si on cachait un mensonge par un autre plus gros. Chaque acte semble être une brique constituant une façade qui lorsqu’elle s’écroulera, va dévoiler toute la vérité.

©Masashi Asaki x Naoki Yamanaka, Kodansha, Kurokawa

« En général… seuls les proches et les gens que nous aimons comptent… les autres on s’en moque. »

Les dés sont jetés, la deadline se rapproche et l’arc concernant la recherche de Nobuto semble être à son apogée, le prochain tome devrait visiblement conclure cet arc. On attend le prochain tome avec impatience !

My Home Hero [Vol.2] La galère continue !

Lundi, je me suis lancé dans le manga My Home Hero, je trouvais ce titre intriguant, j’ai décidé d’acheter le premier tome, je n’ai pas vu qu’il y avait déjà le second tome disponible. Le lendemain, j’ai pris le risque d’arrivé en retard à mon travail en temps partiel pour aller acheter le tome 2 en moins de 10 minutes, la mission fut menée avec brio. Je me suis mangé une vrai claque, cette œuvre est vraiment bourrée de suspens. Bon c’est la première critique pour une tome qui n’est pas le premier tome ici, je vais tâcher d’être claire: je suis contre le spoil, mais je vais balancer des éléments du contenue du tome précédent. Alors, si vous voulez vous faire une opinion de l’œuvre sans être spoiler, je vous conseille mon article sur le tome 1 (ici). Maintenant que vous êtes prévenus, on va pouvoir attaquer cet article.

©Masashi Asaki x Naoki Yamanaka, Kodansha, Kurokawa


Mangaka : Masashi Asaki (dessinateur) X Naoki Yamanaka (scénariste)
Genre : Seinen
Editeurs japonais: Kodansha
Nombres de tomes: 7 ( au Japon), 2 (en France)
Editeurs en France: Kurokawa

Tetsuo TOSU, commercial chez un fabricant de jouet, aimant sa famille plus que tout, découvre un jour que le copain de sa fille est un yakuza. Il décide de prendre son courage à deux mains et il le tue. Passionné de lectures et d’écritures, il utilise son imagination débordante pour se débarrasser du corps, seulement les yakuzas sont à la recherche de leur confrère disparu. Comment va-t-il s’en sortir ?

©Masashi Asaki x Naoki Yamanaka, Kodansha, Kurokawa

Dés le début de ce tome 2, Tetsuo ressent bien le poids de la conséquences ces actes qui pèse sur lui. Il est conscient qu’il n’y a aucun retour en arrière possible. Très nerveux, il semble s’imaginer tous les pires scénarios. Sa plus grande angoisse serait que quelqu’un trouve quelque chose qu’il n’avait pas prévu. Il ne saurait alors même pas comment réagir. Les yakuzas enquêtent sur lui car il a des comportements suspects. Alors qu’il semble s’être débarrassé du corps, les yakuzas reviennent de plus belle à la charge. Comment peut-il se sortir d’une telle situation ?

Les Yakuzas semblent de plus en plus proche de la vérité, mais Tetsuo semble malgré tout conserver son coup d’avance. Tout cela permet à Tetsuo et aux yakuzas de se livrer à une véritable bataille psychologique monstrueuse.

« L’immense avantage que j’ai est de posséder les ossements de Nobuto Matori ! Le simple fait d’aller les déposer chez quelqu’un permettrait de désigner un coupable idéal…« 

Dans ce tome, le message des auteurs invite le lecteur à prendre vraiment le temps de réfléchir aux conséquences de ses actes. Une très belle leçon fournit à travers cette histoire remplie de suspens.

Note: 9/10

My Home Hero, un début explosif !

©Masashi Asaki x Naoki Yamanaka, Kodansha, Kurokawa

Mangaka : Masashi Asaki (dessinateur) X Naoki Yamanaka (scénariste)
Genre : Seinen
Editeurs japonais: Kodansha
Nombres de tomes: 7 ( au Japon), 2 (en France)
Editeurs en France: Kurokawa

Tetsuo TOSU, un commercial chez un fabricant de jouet, aime sa fille Reika plus que tout. Passionné de lectures et d’écritures, il publie des romans sur internet. Il découvre un jour que sa fille a été battue par son copain. Intrigué, il s’imagine le pire et en menant sa petite enquête, il découvre que sa fille sort avec un Yakuza. Il décide de prendre son courage à deux mains et de protéger sa fille. Va-t-il y parvenir sans la moindre encombre ?

« Où es-tu que je vienne te buter? « 

« Essaie donc…si t’es un homme« 

Ces répliques sont très clichés, mais ces répliques ont l’effet escompté, cet échange de répliques m’a fait penser au film Taken, grand fan que je suis, j’avais l’impression de revoir la scène mythique entre le ravisseur et le père interprété par Liam Neeson. Le contexte ici est totalement diffèrent, un père qui n’a aucune expérience de combat et qui fait face à des yakuzas. Les dessins sont sympathiques, il y a des cases sans décor sans doute pour que le lecteur se concentre sur l’intrigue, mais il y a aussi des cases avec un décor, on assiste à un véritable découpage maîtrisé.

©Masashi Asaki x Naoki Yamanaka, Kodansha, Kurokawa

Âgé de 47 ans, Tetsuo Tosu est un père qui pense au bien-être de sa famille, le personnage principal a des principes et ça se sent ! Il a l’air de tenir à sa petite tranquillité et c’est pour ça qu’il sait avec précision quand il va franchir le point de non-retour. Il est parfaitement conscient de ses actions et il a un atout majeur sur tous les autres personnages: son imagination débordante d’écrivain.

Concernant les thématiques de ce premier tome du manga, elles sont assez évidentes, on aborde la thématique de la femme battue, mettant ainsi en lumière des cas dont on ne parle pas jamais assez dans la société. La famille est également très bien mise en avant, les thématiques du manga se présente littéralement au lecteur, autrement dit vous êtes comme Tetsuo face au Yakuza, impossible d’y échapper.

Lors de ce premier tome Tetsuo, le personnage principal n’est jamais serein, l’angoisse semble prendre petit à petit le dessus sur sa vie, cela ne semble pourtant pas l’empêcher de réfléchir calmement. Ce manga est vraiment bourré de suspens, Tetsuo veut protéger sa famille en faisant preuve d’ingéniosité, mais les yakuzas sont loin d’être bêtes et ce premier tome s’annonce comme marquant le début d’une bataille psychologique entre Tetsuo et les Yakuzas. La force de ce manga se trouve dans son intrigue passionnante.

Note : 8,5 /10

Rayon Spacium : le retour d’un Ultraman déchaîné

Alors qu’une nouvelle année commence, c’est pour nous l’occasion de prendre un nouveau départ .

Anciennement « L’espoir du crépuscule », nous avons décidé de créer un nouveau site, de choisir un nouveau nom et de fermer l’ancien site. En réalisant ce petit hors-sujet, on se permet de vous souhaiter la bienvenue sur « Le jardin du crépuscule ».

Le changement de nom pour nous est une étape très importante, j’ai été démotivé lorsque je réalisais des articles sur « L’espoir du crépuscule » car j’étais bien trop loin des objectifs que je m’étais fixés. J’ai choisi de garder crépuscule afin de ne pas oublier cette perte de motivation, pour ce qui est du Jardin, je trouve que ça donne un aspect poétique. On imagine facilement un jardin coupé de tout presque impénétrable, une bulle où rien n’a d’importance.

Passons sans plus attendre au vif du sujet Ultraman !

© 2011 /Shogakukan , Eiichi Shimizu x Tomohiro Shimoguchi

Mangaka : Eiichi Shimizu (scénario) et Tomohiro Shimoguchi (dessin)
Éditeurs japonais: Shogakukan
Nombres de tomes: 11 ( En France)
Éditeurs en France: Kurokawa

Si vous vous intéressez un minimum au Japon et à sa culture, le nom d’Ultraman ne devrait pas vous être inconnu . En effet crée par Eiji Tsuburaya en 1966, Ultraman est d’abord une série télévisée dans le genre Tokusatsu, un genre de séries, de films réalisés avec des effets spéciaux comme on a pu le voir énormément de fois dans les Powers Rangers, les passages où les méchants deviennent géant dans une ville et se battent avec leur Megazord. Notez aussi qu’Eiji Tsuburaya est membre de l’équipe qui a réalisé Godzilla. Comme vous vous en doutez bien la série Ultraman est un franc succès et d’autres séries suivent ainsi qu’une quantité énorme de produits dérivés.

Le retour d’Ultraman

Et le manga dans tout ça ?

J’y viens justement, il faut savoir que le manga se passe une vingtaine d’année après la fin d’Ultraman Q , la première série sur Ultraman. Ultraman, un humain qui est devenu l’hôte d’une entité éthérique venue de l’espace surnommée « géant de lumière » ayant sauvé la Terre d’un danger imminent, le géant de lumière repart là d’où il vient. Le manga raconte donc la suite des aventures de l’hôte humain ou plutôt de son fils qui découvre qu’il a des gènes d’Ultraman, voyant son potentiel, on décide de lui faire porter à son tour l’armure. C’est alors que début peu à peu notre Shinjirô Hayata sur la voie qui devrait le mener à devenir un héros.

Je n’ai jamais vu la série Ultraman, l’histoire s’est installée petit à petit et c’est vraiment à partir du septième tome que j’ai ressenti vraiment une véritable envie de savoir ce qui allait se passer ensuite. Et c’est comme ça que l’impatience de lire le prochain tome s’est installée de mon côté. Ce que j’apprécie particulièrement dans Ultraman, c’est que comparé à n’importe quel univers de super-héros, la menace apparaît tout le temps à une période similaire à l’apparition du héros, mais ici la menace est là bien avant les extra-terrestres n’ont jamais quitté notre Planète. Le duo dessinateur et scénariste est vraiment attachant, ils sont tous les deux passionnés par Ultraman. la fin des tomes on retrouve des détails assez intéressants, des dossiers, les évènements marquants parmi l’actualité récente des mangakas…

Les dossiers baptisés « Ultra Qlub » sont impressionnants, ils sont vraiment détaillés, il y a même la liste de la série Ultraman Q avec l’audience pour chaque épisode ! Grâce à ces dossiers nous pouvons nous plonger sans crainte dans l’univers d’Ultraman. Cela est assez sympathique, car ça nous permet à la fois de rentrer plus profondément dans le monde d’Ultraman, mais également de comprendre certaines références qui auraient été seulement accessibles qu’aux fans de la série (Le manga se passe juste après la fin de la série Ultraman Q et ne tient donc pas compte des trente autres séries).

Le manga est édité par Kurokawa en France, nous sommes actuellement au tome 11 à noter également qu’un animé est prévu le 1er Avril de cette année, l’animé est une co-production par les studios Production I.G et le studio Sola Digital Arts. L’opening s’intitulera « Sight Over The Battle » et sera interprété par le groupe OLDCODEX. Le trailer de l’animé est ci-dessous :

Bien que les animés tout en 3D ne m’enchante vraiment, je vais quand même franchir le pas et regarder l’adaptation du manga en anime ! Je pense que la 3D est là pour appuyer le côté effet spéciaux, reste à savoir si l’anime saura répondre aux attentes des fans et parviendra à attirer de nouveaux spectateurs malgré la 3D qui a encore du mal à se laisser accepter par de nombreuses personnes, moi le premier, mais j’espère vraiment qu’Ultraman saura nous faire changer d’avis à coup de Rayon Spacium .

source: Anime News Network

Naust